Expos

Partager

07 Nov 2012

08 Nov 2012

09 Nov 2012

10 Nov 2012

11 Nov 2012

12 Nov 2012

Mervyn Peake

Expos

La Cité, le Centre des Congrès de Nantes

Mervyn Peake (1911-1968) est né à Kuling, en Chine. Fils de médecin dans un hôpital missionnaire, il passe la majeure partie de son enfance à Tientsin, un port important sur la côte chinoise, dont le bouillonnement et les mœurs le marquent durablement. Il a onze ans lorsque sa famille retourne en Angleterre, où, peu doué pour les études, il se tourne vers sa passion, l'art. Il dessine en effet depuis son plus jeune âge et rédige ses premiers articles à l’âge de 10 ans.

En 1929, il rentre donc à la Croydon School of Art et ce passage dans cette école d’art lui ouvre les portes des prestigieuses Royal Academy Schools. Mais il rate son examen de troisième année et part vivre au sein d’une communauté d’artistes sur l’île de Sercq (îles Anglo-Normandes dans la Manche). C’est en 1939 que sort son premier livre pour enfants, Captain Slaughterboard Drops Anchor, traduit en français par Capitaine Massacrabord, une histoire de pirate pour enfants mêlée à des contes absurdes. Ce qui est considéré de nos jours comme un chef d’œuvre en matière de bd fut très mal accueilli par le public et les critiques considéraient que les illustrations étaient tout simplement grotesques.

Aujourd'hui, ce livre est devenu l'une des publications pour la jeunesse les plus recherchées du vingtième siècle. Les caractéristiques principales de ce qui deviendra le style inimitable de Mervyn Peake y sont présentes comme son trait précis, complexe et fouillé. Pour suggérer les tatouages sur le corps des pirates, il a recours à des points. L’effet est très réussi, mais le travail est immense. Par la suite, il privilégiera l'économie de moyens pour que son dessin gagne en force. Le recours à une ligne très pure lui permet d'évoquer les volumes de façon frappante. Il privilégie également les hachures pour dessiner les objets, personnages ou arrière-plans. Autre caractéristique fondamentale du style de Mervyn Peake, c’est l’association très étroite entre mots et dessins. Pour lui, les marges ont toujours eut un attrait irrésistible et c’est de là qu’il en vint naturellement à orner ses écrits d'images et à truffer ses manuscrits de portraits ou d'esquisses. 

Dans toutes ses planches, Mervyn Peake fait preuve d'une imagination fertile, d'un engouement pour le grotesque mais aussi pour les noirceurs de l'âme de ces contemporains. Fin observateur de la nature humaine, ses illustrations, tout comme ses écrits, s'intéressent avant tout aux mécanismes de nos existences. Des rouages dont il se plaît à souligner l'absurdité.

En parallèle de ses œuvres personnelles comme la série des Titus, il illustre des classiques de la littérature comme “Les contes de Grimm”, “Alice au Pays des Merveilles” ou “L'Île au trésor” de R.L Stevenson. Dans cet ouvrage il y développe une technique qui lui permet d’omettre certains traits, comprenant qu’il pouvait s’en passer en les suggérant par des hachures. L’illustration la plus frappante de cette omission du contour se manifeste dans le dessin de l’équipage de l'Hispaniola qui découvre l’île au trésor au clair de lune. La silhouette de chaque marin est constituée d’un espace blanc, de différentes largeurs, créée par les hachures qui l’entourent. De toute l’image, aucun objet n'est entouré d'un trait continu, et du premier coup d'œil, le lecteur comprend qu’il s’agit d’une scène nocturne.

Ami en son temps de Graham Green, Dylan Thomas ou Anthony Burgess, Mervyn Peake figure aujourd’hui au panthéon des auteurs de bd d’outre-manche. Des illustrations de Capitaine Massacrabord et de l’île au trésor seront présentées pour la première fois à un public français dans le cadre des Utopiales.

 

Découvrez aussi...

 

Le défilé de Cosplay

Grande Hall, La Cité des Congrès

Manga-Tan

Pôle asiatique
>
 

Kris

Auteurs présents

BD
>
 
 

Thomas Allart

Auteurs présents

BD
>